Attention, le JavaScript est désactivé et vous ne pourrez bénéficier de toutes les fonctionnalités de cette page.

Der Gott jenes Sommers

Titre en français : Le Dieu de cet été
Auteur : Rothmann, Ralf

allemand

Nombre de pages : 254
Dimensions : 18,8 x 11,8 x 2,2 cm
Éditeur : Suhrkamp
Date d'édition : 2019-05

prix TTC :
13,95 €
Réf.9783518469590

Alors que le grand roman de Ralf Rothmann, traduit en vingt-cinq langues, Mourir en printemps, était un drame émouvant au bord des champs de bataille, Le Dieu de cet été est une histoire tout aussi choquante sur le climat d'illusion et de dénonciation dans les derniers mois d'une guerre qui assombrit l'âme de tous pour toujours et fait dire à juste titre une fille de douze ans : «J'ai tout vécu.»

Un enfant à la guerre : Au début de l'année 1945, Luisa Norff, douze ans, et sa mère doivent fuir Kiel bombardé. La propriété de son beau-frère, un officier SS, devient un espace de liberté inattendu : alors que les bombardiers alliés s'envolent vers l'est et que de plus en plus de réfugiés arrivent, la rêveuse erre dans les bois et tente de comprendre : Qu'est-ce qui l'inquiète quand elle voit le jeune trayeur Walter ? Qui sont les prisonniers au lac du monastère ? Où est passée sa sœur Billie ? De qui la perruquière reçoit-il ses cheveux ? Quand, à une fête, ce dont toutes les femmes de l'époque ont peur lui arrive, Luisa s'effondre sous le poids de l'inexplicable.

War Ralf Rothmanns großer, in fünfundzwanzig Sprachen übersetzter Roman Im Frühling sterben ein aufwühlendes Drama am Rand der Schlachtfelder, so ist Der Gott jenes Sommers eine ebenso erschütternde Geschichte über das Klima von Verblendung und Denunziation in den letzten Monaten eines Krieges, der jedem für immer die Seele verdunkelt und schon eine Zwölfjährige mit Recht sagen lässt: "Ich hab alles erlebt."

Ein Kind im Krieg: Anfang 1945 muss die zwölfjährige Luisa Norff mit ihrer Mutter aus dem bombardierten Kiel fliehen. Das Gut ihres Schwagers, eines SS-Offiziers, wird ein unverhoffter Raum der Freiheit: Während alliierte Bomber ostwärts fliegen und immer mehr Flüchtlinge eintreffen, streift die Verträumte durch die Wälder und versucht, zu verstehen: Was ist das für eine Beunruhigung, wenn sie den jungen Melker Walter sieht? Wer sind die Gefangenen am Klostersee? Wohin ist ihre Schwester Billie verschwunden? Von wem bekommt die Perückenmacherin die Haare? Als ihr auf einem Fest genau das widerfährt, wovor sich alle Frauen in jenen Tagen fürchten, bricht Luisa unter der Last des Unerklärlichen zusammen.